Translate

dimanche 19 mai 2013

La patience, une habileté à développer


Le dernier billet de Daniel Willingham s’intitule : The 21st century skill students really lack.
Il veut parler de l’attention et de la capacité à se concentrer sur un sujet. Les enseignants le savent bien, les élèves sont impatients et s’ennuient facilement.
D.W. souligne bien que si les jeunes aujourd’hui sont incapables d’être attentifs, ce n’est pas par inaptitude mais simplement car ils n’en voient pas la nécessité.
Selon lui, la patience, plus fréquente chez les personnes nées avant l’ère numérique, viendrait du fait qu’une situation ennuyeuse peut aboutir à une récompense, à un plaisir inconnu jusqu’alors. Autrefois, les sources de distraction étaient moins nombreuses, c’est aussi pourquoi ces personnes ont développé une aptitude à supporter des occupations que l’on trouverait aujourd’hui mornes.
Les jeunes à l’heure actuelle ont tellement de choix de distractions, qu’ils peuvent facilement éviter l’ennui. D.W.pose alors la question : peut-on aujourd’hui apprendre la patience aux jeunes nés dans l’ère numérique et les convaincre que cette patience peut être récompensée ?
Il cite lexpérience de Jennifer Roberts, enseignante en histoire de l’art et de l’architecture à Harvard. Celle-ci a demandé à des étudiants de sélectionner une peinture dans un musée de Boston et d’écrire à son sujet une recherche approfondie. Ensuite, ils devaient se rendre au musée et étudier l’œuvre sur place pendant 3 heures.  La durée était, à dessein, excessive. Le but était que les étudiants pensent avoir tout vu dans cette peinture mais qu’en continuant à la regarder, ils réalisent que certaines choses malgré tout leur avaient échappé. Qu’ils réalisent en quelque sorte que la patience est récompensée.
Picture
J.Roberts a elle-même écrit à propos du peintre américain John Singleton Copley et a étudié une peinture intitulée Le garçon à l’écureuil volant.  Bien que de toute évidence, elle soit une fine observatrice des œuvres d’art,  elle a noté qu’il lui a fallu plusieurs minutes avant de remarquer la parenté entre la tache blanche de l’écureuil, la forme de l’oreille du garçon et le pli du rideau au-dessus de l’épaule gauche.
Voilà qui devrait nous faire réfléchir sur les moyens à mettre en œuvre avec les élèves pour qu’ils regagnent une attention soutenue. D.W pense que les élèves devraient ressentir le plaisir de découvrir un niveau d’accès insoupçonné sur un sujet donné. Ce n’est peut-être pas l’aptitude la plus importante du 21ème siècle mais selon lui, c’est celle qui manque le plus.
***
Tous les enseignants ont fait ce constat du manque de concentration, de la difficulté chez les élèves à rester concentrés sur la durée mais aussi du manque de continuité dans les activités y compris ludiques : l’effet zapping.
Il est clair que la concurrence est difficile entre les objectifs d’apprentissage à l’école et l’abondance de distractions à disposition. Mais c’est aussi le rôle de l’enseignant et plus généralement du questionnement pédagogique que de donner aux élèves le goût d’apprendre, le goût de découvrir et de toujours mettre en rapport le but obtenu avec les efforts fournis pour y parvenir, la patience par exemple.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.