Translate

samedi 13 avril 2013

Questions fréquentes sur la PEx (n°3)


Toutes les pratiques pédagogiques se valent.

Voilà une remarque qui s’inscrit dans un modèle pédagogiquement correct, selon lequel toutes les pratiques se vaudraient et aucune ne devrait prévaloir sur une autre. Une fois de plus, il n’est pas question ici de remettre en cause les pratiques des enseignants sur le terrain, qui sont maîtres de leurs pratiques et jouissent du principe de liberté pédagogique permettant à chacun de mener sa classe librement dans la mesure où les Instructions Officielles sont respectées.

Pour pouvoir ainsi affirmer que tout se vaut en pédagogie, la moindre des choses serait d’en donner la preuve. Quelle étude nous le dit ? Imaginons un instant une assertion similaire dans le monde médical. Pourrait-on dire que toutes les thérapies se valent ? Non, parce que chacune s’appuie sur un certain nombre d’études et des expérimentations leur donnant ou non une validation.

L’introduction des données probantes en enseignement a montré que les méthodes ne se valaient pas toutes en termes d’efficacité. Ce qui par ailleurs a été confirmé par des enseignants en ayant utilisé certaines.

C’est le projet FollowThrough qui, dans les années 60/70, a lancé un pavé dans la mare en ouvrant la voie aux données probantes en enseignement. Cette étude longitudinale réalisée sur quelques 352 000 élèves et 180 écoles voulait savoir quelles méthodes pédagogiques étaient plus efficaces ; 9 furent retenues pour participer à l’étude, divisées en deux courants : les méthodes centrées sur l’enseignement et celles centrées sur l’élève. En fin de CE2 on mesurait trois types d’habiletés : les habiletés de base (lecture, écriture, mathématiques), les habiletés intellectuelles (raisonnement, résolution de problèmes), les habiletés affectives (image et estime de soi). Les conclusions mirent en exergue plusieurs remarques. Les trois modèles centrés sur les apprentissages étaient les plus performants. Pour cinq des six modèles centrés sur l’élève, les résultats étaient plus faibles qu’avec le groupe témoin de l’enseignement traditionnel. Le Direct Instruction (modèle de transmission directe et explicite) est le seul à obtenir des résultats positifs dans les trois habiletés mesurées : de base, intellectuelles, affectives.

Ce n’est rien de dire que le Direct Instruction, cet outsider de l’enseignement, créa la surprise. Cette méthode qui avait pour objectif principal les apprentissages réussissait même dans les habiletés qui n’étaient pas sa préoccupation principale. Alors que des méthodes spécifiquement centrées sur l’épanouissement de l’enfant et son estime de soi, n’y parvenaient pas aussi bien.

Cette vaste entreprise, que peu de gens en France connaissent, nous dit clairement que nous ne devons pas préjuger de l’efficacité d’une méthode pédagogique tant qu’elle n’a pas été passée au crible de l’expérimentation et de l’étude. Elle nous dit aussi que toutes les méthodes ne se valent pas. Et que ce n’est pas parce qu’une méthode pédagogique est « populaire » ou se présente sous un aspect attirant (voir par exemple la popularité des méthodes supposées rechercher l’épanouissement de l’enfant) que c’est la garantie des résultats.

Nous voilà donc au cœur du problème : la question du  statut des données probantes. Elles n’ont pas encore un droit de cité dans le monde éducatif français, surtout si elles vont à l’encontre des idées reçues. Il reste donc un travail énorme à accomplir afin qu’elles puissent faire partie des outils mis à disposition des enseignants pour qu’ils puissent exercer leur métier en véritables professionnels, c’est-à-dire en ayant toujours le souci du rapport à l’efficacité.  

En 2002 Slavin écrivait : «La révolution scientifique qui a profondément transformé la médecine, l'agriculture, les transports, la technologie et d'autres champs au cours du XXe siècle a laissé complètement intact le champ de l'éducation ». À quoi Clermont Gauthier rajoutait en 2006 : « Cette absence de perspective scientifique nuit à l'amélioration de la qualité de l'éducation et à la professionnalisation de l'enseignement ». 


A bientôt ici même pour une autre remarque.


  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.