Translate

jeudi 15 février 2018

Le rapport Villani ne parle pas d'Enseignement Explicite


C’est sans grand enthousiasme que j’ai abordé la lecture du rapport Villani. Un rapport de plus, me suis-je dit. J’ai succombé à la curiosité lorsque j’ai appris qu’il y était question d’enseignement explicite. Je vous livre donc, à chaud, mes réactions sur la question des méthodes pédagogiques, pour ce qui concerne l’enseignement en Primaire.

Tout d’abord, le rapport prend un certain nombre de précautions quant à l’épineuse question des méthodes. Il est écrit : « Il est bien connu qu’une méthode vaut ce que vaut celui qui l’enseigne. Il ne suffit donc pas d’avoir une bonne méthode, il faut aussi se l’être appropriée et y croire. » Bien entendu, une méthode mise en place par quelqu’un qui ne l’aurait pas comprise a moins de chance d’aboutir, cela coule sous le sens. Par contre, je ne vois pas ce que vient faire la croyance. S’il suffisait d’y croire, nous n’en serions pas là dans les évaluations internationales. Le rapport veut sans doute rassurer les enseignants qui redouteraient de perdre leur liberté pédagogique en précisant qu’elle n’est pas remise en question.

Le terme explicite est abondamment utilisé (22 occurrences), sous forme d’adjectif (qualifiant les programmes, les passerelles, le cadre, les apprentissages, le guidage, la demande), de verbe, d’adverbe. Depuis quelques années, on assiste à un phénomène nouveau dans les écrits pédagogiques : la promotion du terme explicite ; contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, cela ne signifie pas, loin de là, que l’on promeut l’Enseignement Explicite ; à ce titre, le rapport Villani est un bon exemple. À tel point, qu’il va jusqu’à utiliser le verbe expliciter en lieu et place du verbe expliquer ; ainsi, on parle « d’expliciter les énoncés, d’expliciter les instructions, les contenus et les méthodes », les enseignants doivent « expliciter leurs attentes ». Quand on explicite, cela signifie qu’on énonce clairement ce qui était implicite. Une instruction, un contenu, par définition, ne doivent pas être implicites. On doit plutôt les expliquer, c’est-à-dire les faire comprendre. Cette remarque pourrait passer pour de l’ergotage malveillant, mais il n’en est rien ; simplement, cette prolifération du terme explicite laisse croire au lecteur lambda que l’on parle d’Enseignement Explicite.  

La question qui se pose alors est :  est-il vraiment question, d’Enseignement Explicite [1], cette pratique pédagogique efficace, définie précisément par Barak Rosenshine et étudiée par beaucoup d’autres ?  Le texte évoque des « méthodes explicites », la « pédagogie explicite et systématique mais non dirigiste », « des méthodes dites explicites ». À aucun endroit du rapport n’est défini ce que le rédacteur entend par ces termes. Le terme est employé au pluriel, on aurait souhaité avoir, si ce n’est un bref descriptif, tout au moins une bibliographie ou sitographie relative à toutes ces pratiques. Dans la sitographie, section Pédagogie, ne figure aucun lien propre à décrire l’Enseignement Explicite. Rosenshine y est mentionné par son texte Principles of instruction - Research-based strategies that all teachers should know, 2012, le lien renvoie à la version originale, en anglais, alors que le texte est très aisément disponible en français. Les quelques éléments épars sur la mise en mémoire, l’acquisition d’automatismes, qui existent en Enseignement Explicite, sont noyés dans quantité d’autres recommandations et en aucune manière associés à cette pratique pédagogique. Au total, il n’est pas vraiment question d’Enseignement Explicite. Les mystérieuses « méthodes explicites non dirigistes » dont il est question, peuvent sans difficulté côtoyer ou même pourquoi pas, se mêler, aux méthodes intuitives, dont on vante les vertus, l’intuition étant déclarée à la suite de Ferdinand Buisson, comme approche efficace dans la construction du nombre.

Mises à part les références théoriques et philosophiques à Ferdinand Buisson, il est très difficile d’imaginer à quoi ressemble la pédagogie intuitive dans une classe, comment se déroule une leçon type, sur quels principes cognitifs elle s’appuie, quelles données probantes, analyses, expérimentations à grande échelle ont montré son efficacité. On notera tout de même que les partisans de cette forme pédagogique étaient présents à la fois dans la commission et parmi les personnes auditionnées. En corollaire, on notera aussi l’absence à la fois dans la commission et parmi les personnes auditionnées de représentants de l’Enseignement Explicite. Je respecte ce choix qui doit avoir ses raisons, mais cela me conforte dans l’idée que toutes les mentions du terme explicite ne font donc pas allusion à cette pratique bien connue des chercheurs aujourd’hui.

Pour résumer, nous avons donc une suggestion pédagogique concernant l’utilisation de « méthodes explicites non dirigistes » dont on ne sait rien. Essayez de taper cela dans un moteur de recherche et vous verrez. On évoque leur efficacité, mais avec tout de même l’ombre d’un doute, puisque selon la mesure n° 3, « La mission recommande une évaluation sur le cycle 2, sur un échantillon de 200 écoles (environ 1 000 classes), des méthodes dites explicites et intuitives. » Voici donc un nouvel indice laissant à penser qu’il ne peut pas s’agir d’Enseignement Explicite. En effet, des centaines de données récentes existent sur l’Enseignement Explicite : expérimentations, études, analyses et méta-analyses. Toutes en montrent l’efficacité, à grande échelle et pour tous les élèves ; le ministère n’irait pas s’engager dans une coûteuse et difficile expérimentation dont on sait déjà que les résultats corroboreraient ceux qui existent déjà.  Par contre, j’applaudis des deux mains pour cette même initiative concernant les méthodes intuitives car il n’y a rien sur la question, sinon, en creux, les généralités relatives à la non-efficacité des méthodes de découverte et autres pratiques faiblement guidées.  Si cette expérimentation voit le jour, si elle est réalisée par un organisme indépendant, je doute fort que les résultats aillent dans le sens escompté.

Au total, les recommandations relatives aux méthodes pédagogiques me font l’effet d’un pâté d’arêtes dans lequel finalement, tout semble se valoir, même s’il est précisé que tout ne se vaut pas. C’est comme si l’on n’osait pas dire les choses clairement, comme si l’on avait peur de heurter les courants pédagogiques consultés. C’est dans ce contexte que l’expression les « méthodes explicites et intuitives » prend tout son sens. Puisqu’il n’en est donné aucune description, libre à chacun d’imaginer. Une pincée de Montessori, une pincée de Freinet, une grande pincée de Buisson, une pincée d’enseignement traditionnel, une pincée de non dirigisme, le tout enveloppé dans un emballage explicite (sans majuscule) pour donner un peu de crédibilité sur le plan de l’efficacité.  




 Voir aussi: http://explicitementvotre.blogspot.fr/2016/01/enseignement-explicite-attention-aux.html
http://explicitementvotre.blogspot.fr/2016/05/enseignement-explicite-ou-enseignement.html





[1] Les majuscules sont là pour désigner cette pratique spécifique et indiquer que l’adjectif explicite n’est pas utilisé au sens commun.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.