Translate

jeudi 27 mars 2014

Franck Ramus favorable aux données probantes

Que se passe t-il ? Le Café Pédagogique publie un coup de gueule de Franck Ramus qui s’insurge contre le mépris des données probantes dans l’enseignement. Il s’agit d’une réponse à Rémi Brissiaud lequel mettait en doute le lien entre sciences cognitives et pédagogie tel que l’avait présenté Stanislas Dehaene. L’événement est de taille pour un site qui depuis des lustres se fait le chantre du constructivisme et le détracteur des données probantes.
Mais ne boudons pas notre plaisir. Je vous conseille cette saine lecture qui dit par exemple  :

"Mais quelle légitimité peut-il encore y avoir à défendre des méthodes que l'on s'abstient obstinément, année après année, d'évaluer et de comparer rigoureusement avec d'autres méthodes ?"

"Combien d’années de plus faudra-t-il attendre pour que la méthode Freinet (et les principales autres utilisées en France) soient évaluées ?"

"A ne pas vouloir mener les recherches expérimentales permettant de tester rigoureusement l'efficacité des pratiques, on laisse les enseignants démunis, à la merci des modes, des idéologies et des arguments d'autorité, avec pour seul recours de tâtonner… "

Une voix française se fait enfin entendre pour revendiquer une place aux données permettant d’attester de l’efficacité ou de la non efficacité de telle ou telle méthode.

Alors que dans le vaste monde de l’éducation, c’est-à-dire hors de nos frontières gauloises, ces données existent et que des centaines d’études ont déjà été menées depuis les années 60. Nous n’avons même pas l’excuse de la langue puisque nos cousins canadiens chercheurs en éducation clament eux aussi depuis fort longtemps l’urgente nécessité de recourir aux données probantes afin que ne sévissent plus dans les classes des méthodes pédagogiques inefficaces. Bref, si le rapport à l’efficacité à partir de données tangibles ne parvient pas à franchir les frontières de notre pays, cela est forcément voulu et je rejoins Franck Ramus quand il déplore que « cette attitude soit soutenue au plus haut niveau de l’Éducation Nationale ».

Il faut absolument faire entrer les données probantes en enseignement et en pédagogie ; on ne pourra pas faire l’autruche indéfiniment et le réel est en train de nous rattraper à grande vitesse. Les méthodes « freinetisantes » n’ont aucune légitimité sur le plan des résultats ; on sait maintenant qu’un enseignement guidé et explicite est plus efficace que les pratiques de découverte mais on sait aussi pourquoi. Malgré tout, cela n’empêche pas les autorités de conseiller ce genre de pratique.  

Il y a en France dans les milieux autorisés, un conservatisme pathologique empêchant toute remise en question et freinant des quatre fers quand l’approche idéologique de la pédagogie se voit menacée par une approche scientifique et rationnelle. Ce sera une tâche énorme de faire changer ce type de mentalités mais c’est un passage obligé si l’on veut se situer dans une approche centrée sur l’efficacité. Espérons que la voix de Frank Ramus y contribuera.

Pour en savoir plus sur la question voici une liste de liens :



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.