Translate

lundi 11 février 2013

Le don de gratuité dans l'enseignement primaire



 À première vue, la démission du pape Benoît XVI a volé la vedette aux mouvements de résistance à la réforme de l’enseignement et à l’épineuse question des rythmes scolaires. Les journalistes, tendance Dan Brown, toujours à l’affût de quelque sulfureuse nouvelle dès qu’elle émane du Vatican, étaient dans tous leurs états en ce lundi 11 février. C’est sans aucun doute plus porteur auprès de l’opinion.

Néanmoins, un lien existe bel et bien entre les deux sujets. Ce matin-même sur les ondes, tous s’étaient mis d’accord pour citer l’encyclique de Benoît XVI Caritas in Veritate ans laquelle il exhortait au don et à la gratuité dans les domaines marchand et politique.

Le voilà, le lien, servi sur un plateau : le don de gratuité dans l’enseignement primaire. Don pratiqué sans relâche depuis plusieurs décennies, dans un anonymat qui, s’il n’est pas volontaire, n’en reste pas moins respectable alors que l’opinion n’a de cesse de détester ses enseignants et de les déconsidérer.  

J’en veux pour preuves le travail non rémunéré (car non compris dans le temps de service) mais tout de même obligatoire. Non, nous ne sommes pas dans un roman de Kafka mais dans l’Éducation Nationale.

Ainsi, tout enseignant a pour obligation d’être sur son lieu de travail dès l’ouverture de l’école, soit 20 minutes par jour. Ce temps n’est pas décompté dans le temps de service. Au total, pour une année de 36 semaines et une semaine de 4 jours, cela représente 8 journées effectuées gratuitement. Avec la nouvelle configuration de 4 journées et demie, ce service gratuit augmentera d’environ une journée sur l’année. Les enseignants de maternelle doivent ajouter à ce temps gratuit, l’obligation de rester sur place tant que les parents ne sont pas venus en personnes récupérer leur enfant. Or, il est de plus en plus fréquent qu’ils ne respectent pas les horaires. Si l’on compte en moyenne et au bas mot, sur une année, 15 minutes par jour, cela fait 6 journées sur une semaine de 4 jours et un peu plus de 7 jours pour une semaine de 4 jours et demi. Autrement dit, au total, l’enseignant de maternelle accomplit 14 journées de travail gratuitement dans l’année dans la configuration actuelle de la semaine. Cela sera augmenté avec la nouvelle semaine qui se pointe à l’horizon.

Temps de service obligatoire mais effectué gratuitement dans l’enseignement primaire (sur une année de 36 semaines pour 1 semaine de 4 jours)

École élémentaire
École maternelle
Présence à l’entrée : matin & après-midi
20 min par jour =
8 journées par an
20 min par jour =
8 journées par an
Présence à la sortie lors de la remise des enfants aux parents

15 min par jour en moyenne  =
6 journées par an
Nombre de journées travaillées gratuitement
8 journées /an
14 journées/an

Ce temps-là est quantifiable. On devrait bien sûr lui ajouter le temps externe (hors temps de service) de préparation de la classe et de correction qui lui, n’est répertorié nulle part.

Dans le don gratuit, on pourrait également considérer un certain nombre d’actions effectuées par les enseignants du primaire alors qu’elles n’ont rien à voir avec leur tâche d’enseignement. La revalorisation du métier (loi Jospin) fut supposée aligner les enseignants du primaire sur ceux du secondaire ; mais elle a oublié par exemple de les dispenser de la surveillance des récréations, de l’accueil des élèves des autres classes lors d’une absence non remplacée, de la participation à des réunions de formation dites obligatoires (ou à des stages) sans remboursement des frais occasionnées par les déplacements. On pourrait aussi citer l’ISOE (Indemnité de Suivi et d’Orientation des Élèves octroyée pour la participation aux réunions d’équipe) accordée aux enseignants du Secondaire et pas à ceux du Primaire

Nombre d’enseignants du primaire sont las de voir leurs conditions de travail se détériorer de jour en jour ; il n’est pour s’en persuader qu’à voir les mouvements de résistance à cette réforme de refondation. Résistance d’autant plus ingrate qu’elle a contre elle l’opinion. Pourquoi, quand les ouvriers de l’industrie en déroute mènent des actions chocs pour défendre leur emploi, ils sont parés de toutes les vertus, et quand ce sont les enseignants qui se battent pour la qualité de leur métier, ce ne sont que de vils corporatistes, hostiles par principe à toute idée de réforme ?

Pour revenir sur l’actualité papale, les enseignants du primaire peuvent bien être croyants, athées ou agnostiques, il n’en reste pas moins qu’en matière de don gratuit, ils pourraient en remontrer à bien d’autres professions et en particulier à tous ceux qui les critiquent.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.