Translate

vendredi 18 octobre 2013

Des "élèves cruches" ?


Je poursuis aujourd’hui le précédent billet en évoquant la croyance selon laquelle « il vaut mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine », souvent associée au thème de l’enfant cruche, qu’un enseignement transmissif voudrait remplir d’informations non maîtrisées.  Souvent, les raisonnements binaires sont l’apanage d’une pensée réduite à sa plus simple expression. C’est bien le cas dans cet anathème. Mais le cerveau est une affaire bien plus compliquée.

Cet adage oppose la forme et le fond. Comme si la maîtrise des procédures telles que le raisonnement, la pensée critique, à elles seules suffisaient, et pouvaient se passer de contenus (les informations en mémoire à long terme). Cela est un non-sens sur le plan cognitif. C’est ce que E.D. Hirsch appelle le formalisme.

En réalité, une tête bien faite est une tête en bon état de marche, c’est-à-dire capable de raisonner. Chaque enseignant doit avoir pour but de contribuer à un tel développement chez ses élèves. Nous savons maintenant qu’une tête, pour bien fonctionner, doit être correctement nourrie. Il est vain de prétendre enseigner à raisonner et à avoir l’esprit critique si le cerveau ne possède aucune information sur laquelle exercer ces aptitudes. D.Willingham, entre autres, l’a parfaitement montré. Pour construire un raisonnement, il faut avoir intégré un certain nombre de procédés et de matériaux. Prétendre enseigner à penser sans fournir les connaissances nécessaires s’appelle du bourrage de crâne et n’a rien à envier au “parler” des perroquets.

Le maintien en mémoire des informations est indispensable dans toutes les disciplines car il fournira le matériau nécessaire pour travailler sur les faits, les mettre en pratique, les questionner, les discuter, les connecter entre eux, les analyser, les vérifier, les réfuter, les utiliser pour d’autres tâches. S’il n’y a rien en mémoire, tout cela sera impossible, le travail d’élaboration de la pensée critique ne se fera pas. Au mieux, les élèves seront capables de répéter des idées toutes faites dont ils ne maîtriseront ni les tenants, ni les aboutissants.


La compréhension consiste donc à aller chercher des informations pour les mettre en relation avec d’autres ou avec les nouveautés. C’est le procédé qui préside à la résolution de problèmes. Par conséquent, il est indispensable qu’une partie de l’enseignement soit consacré à acquérir ces informations. Cela passe par la mémorisation. Souvent, elle est assimilée au seul apprentissage par cœur, tant honni, au prétexte fallacieux qu’il empêcherait la compréhension. Mais encore faut-il savoir en quoi consiste l’apprentissage par cœur.  D.Willingham l’a très bien expliqué, et a montré que les situations d’apprentissage par cœur (mémorisation sans tenir aucun compte du sens) sont de fait très rares dans les classes. Il n’en reste pas moins que la mémorisation des faits est indispensable, elle suit les explications et doit se faire  de manière systématique, par une pratique abondante, par des révisions fréquentes. La compréhension et la mémorisation sont intimement liées. Les cruches ne sont pas réputées pour leur engagement actif, c’est bien connu ; un enseignement transmettant des contenus serait supposé  rendre les élèves passifs. Je ferai dans un prochain billet une synthèse sur l’idée de passivité à l’école et  montrerai en quoi l’Enseignement Explicite ne peut pas en être à l’origine.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.