Translate

vendredi 27 novembre 2015

Les coulisses du numérique



Une enquête faite récemment au Royaume Uni révèle qu’environ la moitié des enseignants n’utilisent que rarement les nouvelles technologies dans leurs classes. Ils se disent empêchés par un manque de formation : 49,3% s’en plaignent dans l’enseignement public et 43,9% dans l’enseignement privé. Le coût de ces technologies est évalué à 623 millions de livres sterling pour l’année en cours (soit une moyenne de 11 800 £ par école), autant dire que le rapport qualité /prix n’est pas au rendez-vous. Environ un tiers des enseignants interrogés est tout de même persuadé de l’efficacité de ces technologies pour l’amélioration des résultats quand elles sont utilisées correctement.

Je pense qu’une enquête similaire en France aurait des résultats identiques. Au regard des slogans présentant les nouvelles technologies comme la panacée pour sauver l’école, et au regard des coûts engagés de manière inégale sur le territoire, il est légitime de s’interroger sur les pratiques réelles et sur les éventuels obstacles à leur pleine utilisation. 

Je ne milite pas pour « débrancher les écoles ». Car je pense que l’école doit utiliser tous les outils à sa disposition, dans la mesure où ceux-ci contribuent à faciliter les apprentissages et l’enseignement. Mais qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’une tablette, d’un tableau interactif[1], ce ne sont que des outils. Ils n’ont en soi aucun pouvoir magique. Leurs limites sont celles de l’enseignant et de sa pratique pédagogique. Une pratique inefficace le restera même si la classe est équipée des dernières nouveautés technologiques. Il semblerait que ce principe de bon sens échappe encore à beaucoup, en particulier dans les nébuleuses sphères de l’Éducation Nationale. 

Personnellement, j’utilise en classe un tableau interactif qui est un outil très approprié à l’enseignement explicite et, après plusieurs années, le bilan est très positif. L’école dans laquelle je travaille est équipée d’ordinateurs et les élèves y ont eu jusqu’à maintenant un accès fréquent et régulier. 

Vu de l’extérieur, cela est merveilleux. Entrons donc dans les coulisses. En primaire, ces équipements sont financés par les communes sauf plan de dotation de l’État, phénomène assez rare dans les écoles hors zones REP ou REP +. Voici donc, déjà, une situation éminemment injuste. Toutes les écoles de la République ne sont pas égales devant les dotations. Telle commune qui, dans son projet politique place l’école en bonne place dotera généreusement, telle autre pour qui l’école n’est pas une priorité, dotera moins bien. Outre la volonté d’investir dans l’école, il y a aussi la richesse des communes et là aussi, les situations sont variées. Pourtant les programmes nous obligent à préparer les élèves au B2I (Brevet informatique et internet). On peut donc être amené à ne pas mettre le programme en œuvre faute de financement municipal. Cette injustice ne se loge pas uniquement dans le financement des nouvelles technologies, elle concerne aussi tout le reste ; le fait de laisser toute liberté aux communes de financer à leur guise les écoles primaires est la porte ouverte à des traitements injustes. Et considérant le pouvoir grandissant accordé aux  municipalités sur les écoles, il y a de quoi s’inquiéter.

Si l’équipement initial constitue un aspect important du problème, il en est un autre non moins important, il s’agit de la maintenance. Trop de personnes pensent qu’il suffit d’équiper une fois pour toutes. Il n’en est rien. Ces matériels, subissant un usage intense dans une école, ont une durée de vie limitée, et doivent être entretenus régulièrement ; or, à quelques rarissimes exceptions près, aucun budget n’est prévu. C’est ainsi que l’on voit des parcs informatiques inutilisables faute d’être entretenus. C’est encore plus dommageable pour un TBI qui exige une maintenance régulière et dont les pièces sont très onéreuses, comme par exemple l’ampoule du projecteur que l’on doit changer assez souvent. Quand un TBI tombe en panne (matérielle ou logicielle) et qu’il n’est ni réparé ni changé, alors c’est toute la pratique pédagogique de la classe qui est remise en question ; revenir au tableau noir après avoir utilisé un TBI est un retour en arrière dont les élèves sont les premiers à pâtir. Ainsi on peut trouver dans certaines écoles des équipements coûteux mais inutilisables faute d’avoir été entretenus ou remplacés, des parcs informatiques remplis d’ordinateurs poussiéreux et obsolètes. Souvent les écoles récupèrent de vieux ordinateurs dont se débarrassent des particuliers ou des entreprises ce  qui permet de maintenir les apparences. La situation est comparable à celle qui consisterait à enseigner l’écriture manuscrite dans un contexte généralisé de pénurie de papier et de stylos.   

L’enquête britannique soulève aussi l’importante question de la formation des enseignants. Bien qu’ils soient en règle générale des utilisateurs à titre personnels de diverses technologies, ils ne sont pas tous, loin s’en faut, capables d’utiliser les nouveaux outils et de faire face aux aléas quotidiens que tout utilisateur doit être capable de gérer. Par exemple, la formation TBI en école primaire peut consister en une demi-journée pour l’ensemble des fonctions qu’il propose, y compris l’utilisation des boîtiers de vote. Ce qui est largement insuffisant et ne permet pas d’utiliser les nombreuses possibilités qu’offre ce genre d’installation. Ainsi on peut avoir du matériel sous-utilisé ou carrément non utilisé. 

Au total, il y a comme toujours, une différence abyssale entre les annonces,  et intentions affichées et la réalité du terrain, ce  qui est à l’origine d’une situation très inégale entre les écoles françaises. Elle émane de l’inégalité des dotations, de l’absence de maintenance des équipements, d’une formation insuffisante et inefficace. Alors, lorsqu’on annonce aux médias que  le « numérique est au service de l’École » ou que « l’école numérique de demain commence aujourd’hui », force est de constater qu’il ne s’agit là que de paroles creuses dont l’effet incantatoire ne dupe plus grand monde maintenant.  



[1] Ou TBI tableau blanc interactif, appelé maintenant TNI, tableau numérique interactif.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.