Translate

samedi 5 juillet 2014

Une enseignante assassinée dans son école

En ce 5 juillet, j’aurais souhaité écrire un billet un peu plus léger mais hélas, l’actualité m’oblige à terminer l’année scolaire sur une note de profonde tristesse. Un parent d’élève d’une école d’Albi a assassiné une collègue enseignante sur son lieu de travail, devant les élèves, mettant fin à sa vie d’une façon atroce et douloureuse.

Vendredi 4 juillet, dernier jour de classe de l’année scolaire, Fabienne, sans aucun doute, s’était rendue à son travail le cœur léger. Le dernier jour de classe est dans l’année un moment à part que les élèves apprécient particulièrement, ainsi que les enseignants. Tout  le monde est détendu, c’est le jour des petits mots, des échanges d’adresses, des au revoir, des remerciements parfois. C’est le moment où l’enseignant fait le bilan de son année, se réjouit du travail accompli, même s’il n’est pas aisé tous les jours. Fabienne n’a pas eu l’heur de vivre ces instants, en guise de remerciement, c’est la mort qui l’attendait par le coup de couteau d’une mère d’élève.

La communauté enseignante est abasourdie. À cette tristesse s’ajoute une réelle amertume.

Les indignations, consternations, et autres protestations officielles ne changeront rien au fait que ce triste événement n’est pas sans rapport avec la dégradation des conditions du métier, déconsidéré, privé de son autorité ; des écoles moulins à vent, dans lesquelles les parents rois  circulent librement, leur statut de parent d’élève leur ouvrant toutes les portes.

Le traitement par la presse est inconvenant. Les journalistes n’hésitent pas à parler de « présumé meurtrière », alors que le crime a été commis dans un lieu public, devant quantité de témoins. Puis comme pour minimiser la chose, reprennent en chœur l’argumentaire officiel : l’auteur avait des antécédents psychiatriques : cela est-il une circonstance atténuante ? Cela diminue-t-il la gravité de l’acte ? Si cela s’avère exact, alors nous sommes en droit de nous demander pourquoi un individu présentant un tel danger pour la société était en libre circulation et avait de plus le droit de pénétrer dans une école ?

Puis, pour bien enfoncer le clou, les medias, porte-paroles des instances, nous expliquent que ce type  d’événement est très rare, statistiques à l’appui. Comme si la rareté pouvait édulcorer l’acte. Ce qu’ils oublient de souligner, c’est que, même si effectivement les meurtres ne sont pas encore fréquents, les agressions, violences et harcèlements émanant de parents d’élèves le sont de plus en plus, tout particulièrement en Primaire (voir le tout dernier rapport de l’Insee). Curieusement, cela n’intéresse guère les journalistes.

Enfin, pour couronner le tout, les journaux de 20 heures, à l’unisson du cynisme, faisaient hier soir leur une sur la défaite de l’équipe de France de football au mondial. Quand une société en est arrivée à ce niveau de détestation,  de dénigrement de son école publique, de ses enseignants, et finalement de ses élèves, comment peut-on croire toutes les intentions et belles paroles des dirigeants qui disent vouloir « protéger l’école mais sans toutefois la fermer». Benoît Hamon qui s’est immédiatement rendu sur place a déclaré : « Cet acte ne doit pas faire oublier que dans cette école, on a mené à bien un projet éducatif, réussi à dialoguer avec les parents...»  Il est des moments où la parole devient indécente.

Toutes mes pensées vont à Fabienne et à ses proches. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ne seront retenus que ceux qui sont en rapport avec le sujet, clairement énoncés, courtois, et non injurieux.